Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 15:53
Millet Tour du Rutor Extrem

Avec Wilfrid Jumère, nous nous présentons à ce 18ème du Rutor, mais qui est pour nous notre première participation à cette compétition mythique du circuit de la Grande Course et de la Coupe du monde de ski-alpinisme. Les parcours pour les trois jours, sont proposés au cœur de la superbe région d'Aoste dans le Valgrisenche et notre pied à terre à Arvier est parfait avec la convivialité des transalpins.

Millet Tour du Rutor Extrem

La première étape va nous mettre immédiatement dans le bain, avec plus de 2600 d+ et presque 27km de projection. Au petit matin on ressent l'effervescence générale déjà observée lors du briefing de la veille et les 352 équipes sont prêtent à en découdre. La météo est mitigée et l'air plutôt humide. Pour que le départ se passe bien les organisateurs sont obligés d'installer trois zones espacées chacune d'une trentaine de mètres, afin que les coureurs s'y installent. Au start on part tous comme des fusées, les skis s'entrechoquent, les bâtons sont tenus un moment en l'air pour ne pas les casser, on joue des coudes pour s'imposer à un adversaire, puis à un autre, on s'infiltre dans chaque espace laissé libre, c'est dément ! Encore une fois le matériel me fait des siennes, lors de l'impulsion de départ la crémaillère de ma sangle de serrage du coup de pied de la chaussure gauche se casse net et je vais devoir réaliser tout le parcours avec un pied libre, la neige qui entre dans la coque et une tenue plus que moyenne pour les descentes. Justement, une courte descente avec les peaux, un portage des skis à la main pour une traversée de route, un repautage rapide et les guerriers repartent pour une montée très raide, du style vertical race, afin de rejoindre un bout de piste forestière, puis enfin la montagne. Nous sommes bien placés et nous tenons un rythme élevé, sans concession, car les autres équipes ne sont pas décidées à se faire distancer.

Millet Tour du Rutor Extrem

Un beau couloir avec les crampons et nous basculons au sommet de cette longue montée aux alentours de la 25ème position. La descente est délicate avec un passage final en forêt rock&roll avec une neige des plus mouillée et mon pied qui flotte à merveille dans ma chaussure cassée ! Nous repartons pour une nouvelle ascension très longue et qui commence par une piste où nous faisons plus du ski de fond que du ski-alpinisme pendant 3,5 kms. Nous sommes toujours bien en rythme et je me cale dans les skis de Willy qui excelle sur ces parties de glisse. Nous gagnons deux places, puis nous basculons pour une nouvelle descente piègeuse où il faut rester concentré. D'ailleurs deux équipes vont nous doubler, puis chuter lourdement et nous arriverons au bas avant eux. Une courte remontée et une petite descente finale pour passer la ligne en 23ème position, dans un mouchoir de poche avec 8 autres équipes et notamment une densité incroyable de français dans cette tranche du classement.

Millet Tour du Rutor Extrem

C'est ainsi que pendant trois jours nous allons surtout ferrailler avec Greg Bombardo – Jérémy Loret, Sylvain Montagny – Ronan Moallic et Florent Besses – Julien Brottet. Ce sont tous de veilles connaissance des courses françaises et fil du temps nous sommes tous relativement complices mais compétiteurs avant tout !!!

L'après course va être compliqué pour mois, avec un court massage raté d'une élève Kiné italienne, la priorité suivante de faire réparer mes chaussures et une erreur sur l'horaire prévu du briefing de la journée suivante. Au final, pas de repos et une bonne fatigue d'aller et venue.

Millet Tour du Rutor Extrem

Deuxième étape avec un départ à nouveau depuis Valgrisenche Mondange, comme la veille et un parcours très difficile de 5 montées, de portages et de descentes avec une météo délicate faite de pluis , de neige, de vent et de brouillard parfois bien épais. Les fauves sont lâchés en direction du lac de Beauregard. Nous traversons une partie du barrage et une montée bien raide à pied, avant de rechausser les skis. A ce moment là je suis scotché au sol. Une énorme fatigue s'empare de moi et mon énergie pourtant bonne avant le start s'évade complètement. Je me renferme immédiatement dans mes pensées pour accepter la douleur de l'effort. Mon allure baisse continuellement, alors que Willy semble dans une forme bonne forme.

Millet Tour du Rutor Extrem

L'ascension me paraît interminable et elle se termine par un portage des skis sur une arrête aérienne et mixte. Les rochers bien arrosés sont hypers glissants, le vent glacial et la visibilité pas folichonne. Une descente assez courte où il faut rester très disponible physiquement pour absorber les mouvements de terrain que nous ne voyons pas, puis nous partons pour une nouvelle montée. Elle est raide, bien raide sur une glace recouverte d'une fine pellicule de neige fraîche. Avec la fatigue je rate régulièrement les conversions qui s'enchaînent les une derrière les autres, puis nous mettons les skis sur le sac pour remonter un couloir où mon physique est à plat. La volonté reste là et me pousse jusqu'au sommet où nous partons pour une descente dans une purée de pois. L'écran de mon masque est de mauvaise qualité pour ces conditions, mais je n'avais pas pu le tester dans ces conditions cette saison. Heureusement j'arrive à fixer Willy et à le suivre à distance.

Millet Tour du Rutor Extrem

Une petite remontée et c'est l'arrivée, que je passe bêtement avec les idées noires et un mauvais réflexe envers Willy à qui je reproche de ne pas m'avoir assez soutenu dans la difficulté. Je m'en suis excusé rapidement, mais je regrette énormément mon attitude car il n'y est pour rien, mais la l’épuisement et la déception du jour ont guidé mes paroles. Nous prenons une 38ème place du jour et la 29ème au classement général.

Autant dire que je ne vais pas reproduire mes évolutions de veille, mais que je vais bien me reposer et m'alimenter pour la dernière étape.

Millet Tour du Rutor Extrem

Pour ce troisième jours le départ est donné de Planaval, petit hameau installé sur un plateau. Les organisateurs nous font partir à pied afin de traverser les habitations sur un bon kilomètre.

Millet Tour du Rutor Extrem

C'est la foire d’empoigne, nous essayons tous de passer les premiers dans les étroitesses du village et avec la masse des coureurs c'est un bruit assourdissant de chaussures qui claquent au sol. Je ne suis pas parti sur un rythme trop fort, car j'ai encore la crainte d'avoir de mauvaises jambes.

Millet Tour du Rutor Extrem

Lorsque nous mettons les skis au pied je me rends compte que nous ne sommes pas bien placés. Avec Willy nous faisons l'effort pour doubler le plus d'équipes possible dans une montée technique d'une partie forestière. Au débouché nous sommes à nouveau avec nos adversaires habituels et la bataille peut commercer. Willy survole le parcours et me prend à l’élastique que je ne la laisse pas se tendre, mais qui me donne une bonne allure. La météo est encore plus médiocre que les autres jours et le parcours prévu de plus de 2400m d+, devant nous faire passer par un sommet à 3400m est finalement rabaissé à 1700m d+. Au sommet de cette montée nous sommes bien positionnés et nous faisons le matche avec les équipes françaises de Carl Frison Roche - Greg Nantermoz et Greg Bombardo – Jérémy Loret. La passe d'arme est extra et Willy me donne un bon coup de main dans les parties raides. Le dernier couloir à pied est vraiment ardu et je donne tout ce que j'ai pour en terminer. Nous partons pour une énorme descente de 1400m d- dans un brouillard à couper au couteau. Je n'y vois rien et nous sommes bien prudents, trop prudents car nous nous faisons dépasser et distancer par Carl et Greg, mais aussi par des Autrichiens et des Suisses qui descendent à tombeaux ouverts. Malgré ma prudence je vais faire une petite faute technique qui va me faire enfourcher un de mes bâtons qui casse net. Le final se fait en pas de patineur et je ne vais pousser que sur un seul bras.

Millet Tour du Rutor Extrem

Nous passons la ligne d'arrivée finale de cet exceptionnelle course du « Tour de Rutor Extrem ». La pression redescend et la joie nous anime, avec une belle 25ème place de l'étape et nous remontons à la 26ème position du classement final. On s'est bien battus, on s'est bien soutenus et nous avons vécu des moments rares et inoubliables. Ce sport est vraiment dur mais tellement gratifiant ! Vive le ski-alpinisme et merci aux organisateurs et aux bénévoles de nous proposer de tels moments.

Partager cet article

Repost 0
Published by ALAIN04850
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : alain bellagamba
  • alain bellagamba
  • : articles concernant le ski-alpinisme, la course à pied, le trail et le cross-country.
  • Contact

Profil

  • ALAIN04850
  • Passionné de sports de montagne et de course à pied, je pratique en amateur des compétitions de ski alpinisme, trail, course hors stade et cross country.
  • Passionné de sports de montagne et de course à pied, je pratique en amateur des compétitions de ski alpinisme, trail, course hors stade et cross country.

CONTACT

bellagamba.alain@orange.fr

Mon dénivelè 2015-2016

191000

Partenaires

Yogi Tea