Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 20:09

Pour cette Pierra-Menta 2012, je fais équipe avec Wilfrid JUMERE, un compétiteur Pyrénéen. Nos niveaux en course sont normalement très proches et j’espère que nous allons pouvoir réaliser un bon résultat dans cette course mythique. La compétition s’annonce toutefois difficile à la lecture des inscriptions et d’un niveau global toujours plus relevé chaque année et la présence de nombreux étrangers.

 

425833_3131907890962_1062695310_2834234_1011906423_n.jpg1ère étape jeudi 15 mars

Une bonne course et puis …

C’est un magnifique parcours de 2652m D+ et 6 ascensions qui nous attendent. On sent une grande concentration parmi les coureurs. Au start nous faisons une courte première montée de 85m qui est en fait un sprint intense. Après un dépautage et repautage tout aussi rapides nous entamons une longue montée de 940m. Avec Wilfrid nous nous retrouvons assez rapidement parmi la foule des coureurs. Notre rythme est bon et nous sommes à peu près à la 20ème place. La forme semble là et nous suivons l’équipe de Martial Prémat et Fabien Tagand jusqu’au sommet. Après une bonne descente la course nous amène vers le sommet du Mirantin. Toujours bien positionnés nous passons par une section à pied dans des rhododendrons et une belle arrête en rochers et en neige, très esthétique. Le chaussage des skis se fait aux abords d’un beau couloir raide. Tout va bien et notre allure est bonne. Lors de la montée vers le pas de l’âne, je commence à sentir l’arrivée de crampes à l’adducteur de la cuisse  gauche. Je ralentis un peu et Wilfrid passe devant moi. Nous sommes alors doublés par trois ou quatre équipes, mais nous restons au contact. La suite devient plus difficile, car la descente suivante me fait mal à la cuisse et j’entreprends l’ascension du sommet de la « Grande Journée » avec beaucoup d’inquiétude. Je temporise sur la fin de l’arrête que nous faisons à pied et nous sommes encore dépassés par deux équipes. Une belle descente de 620m et il ne reste plus qu’une dernière montée  de 117m à peine. Je vais y vivre mon petit calvaire de la course. Les crampes se déclenchent aux deux jambes. Je suis incapable d’avancer. Wilfrid vient à mon secours et me masse les muscles. Je parviens difficilement au sommet en ayant perdu beaucoup de temps. La plongée sur l’arrivée se passe sans incident. Nous pointons à la 34ème place. Je suis vraiment déçu et je m’en veux vis-à-vis de Wilfrid.

Place au massage, à la récupération au briefing et la préparation de la deuxième étape…

 

1396516-copie-2.jpg2ème étape

Un incident mineur pour une conséquence importante …

La deuxième étape présente un dénivelé de 2735m d+ dans le secteur du mont Coin, avec  6 montées, 4 passage à pied et 15 manip. Un beau programme.

Le départ est identique à la veille, mais la descente qui suit doit nous amener à Arêches que nous allons traverser à pied.

Au start, nous sommes en première ligne et l’allure est tout de suite très rapide. Après 150m de distance, un coureur situé à ma gauche, plante involontairement son bâton dans l’attache élastique de ma peluche. La pointe du bâton dégrafe la peau et casse la rondelle de maintien. Au moment où je veux m’arrêter pour la replacer, un autre concurrent marche la spatule de son ski sur la peau et comme je suis encore en mouvement, la peau fini par s’enlever presque entièrement. Je suis alors à l’arrêt et je remets la peluche en place rapidement, mais je repars dans les derniers du peloton ! La galère commence. Je suis obligé de me mettre à fond pour remonter le plus de concurrents avant la fin de cette courte montée de 85m d+. C’est trop tard ! Je suis bloqué à l’arrière de la course et la densité des coureurs m’empêche de doubler efficacement. La descente sur Arêches se fait avec plusieurs ralentissements importants pour franchir quelques resserrements qui se franchissent normalement à vitesse grand « V ». Aux abords du village nous mettons les skis sur le sac, pour une course à pied dans les ruelles, qui va durer environ 2kms. Je double pas mal de coureurs, mais je suis dans le rouge vif ! Au repautage pour une longue ascension de 1000m d+, je rencontre de grosses difficultés pour doubler. Le terrain ne s’y prête pas du tout et je dois le plus souvent patienter derrière des petits groupes qui sont dans des allures intermédiaires. Au bout de 600m j’aperçois enfin Wilfrid qui a temporisé pour m’attendre. Il est environ 150m d+ au-dessus de moi. Nous nous retrouvons au sommet de cette montée et nous ne trainons pas pour réaliser la descente suivante. La remontée vers les Embouchus m’est très pénible. J’ai les cuisses douloureuses et remplie d’acide lactique suite à mes nombreuses accélérations précédentes. Le moral est en berne et je n’arrive pas donner du rythme. Je subis la course et je souffre.  Il va en être ainsi jusqu’au sommet des deux ascensions suivantes jusqu’au mont Coin. Le temps est pourtant magnifique et la neige bonne à skier. Finalement nous allons réussir à doubler quelques équipes dans les descentes et également dans la dernière montée au soleil, dans laquelle j’arrive à limiter les dégâts. Avec Wilfrid nous basculons pour l’ultime descente vers le Planay, mais les péripéties ne sont pas terminées. Dans un petit couloir nous doublons une équipe, mais le deuxième équipier accroche mon bâton amont lors du dépassement, qui prit dans un étau entre la neige et son ski, se casse en deux morceaux ! Je termine la course avec un seul bâton et quelques €uros à dépenser dans l’après-midi pour en acheter des nouveaux !!!

Nous terminons 40ème de l’étape et nous sommes maintenant 38ème au général. Je suis fatigué physiquement mais surtout psychologiquement par les circonstances de la course.

 

113664_t2.jpg3ème étape

Le parcours initiatique de la Pierra Menta avec le Grand Mont en point d’orgue …

C’est encore une longue course qui nous attend avec 2600m d+ et le passage au Grand Mont et ses spectateurs amassés au sommet.

Dès le départ je n’ai pas d’envie et je n’arrive pas à accélérer. Du coup je me situe dans une allure tampon. Wilfrid lui est devant et il monte vite. La première montée de plus de 1100m d+ ne me motive pas beaucoup et comme la veille je subis la course. Même le passage au col de la Forclaz et ses nombreux spectateurs ne « bouste » pas mon tempo. J’en suis navré pour Wilfrid, mais c’est encore une journée où nous allons rester aux alentours de la 40ème place. La montée vers le Grand Mont est portant magnifique, l’arrête rocheuse très esthétique et le passage au sommet donne des frissons avec la foule, les encouragements, les grelots, la musique. Une ambiance unique pour une compétition de ski-alpinisme. Nous réalisons une bonne descente, puis nous remontons à nouveau vers le col de la Forclaz, où il nous faut doubler les juniors de la Pierra Menta Jeunes qui sont à ce moment-là sur le même parcours que nous. La dernière descente, digne de la Perra Menta, fait mal aux jambes et clôture une journée qui a été de nouveau difficile pour moi.

Nous sommes maintenant 39ème au général.

 

487138_3140108375969_1062695310_2839513_1084034980_n.jpg4ème étape

Un regain de forme …

Le passage au grand Mont la veille m’a redonné un peu d’envie et dès le réveil je suis un peu plus motivé. Avec Wilfrid nous avons décidé de ne pas nous distancer par nos poursuivants directs que sont les anglais Carron Scrimgeour et Jon Bracey. Dans la première montée nous restons bien au contact et j’ai de bonnes sensations. La trace est souvent raide ce qui me convient bien. Finalement nous prenons un peu d’avance sur nos concurrents directs et nous sommes bien placés au général. L’étape longue de 1740m d+, va nous faire passer au sommet de la Pointe des Mines, par une arrête à pied de 300m d+ avec les crampons. Je suis fatigué mais je tiens bon. Nous basculons pour une descente finale entrecoupée d’une courte remontée en peau de 40m d+. Nous perdons quelques places à cet endroit et dans la descente finale, mais nous coupons tout de même la ligne en 27ème position de l’étape. C’est quand même mieux que les jours précédents et plus en phase avec notre niveau.

Avec Wilfrid nous finissons cette Pierra Menta en 37ème position. Un résultat toutefois honorable. Nous ne sommes pas les seuls à avoir connu des problèmes, qu’ils soient physiques, techniques ou moral. Bien sûr dans notre équipe j’ai largement pris tous ces problèmes à mon compte !

 

Tous les RESULTATS

Partager cet article

Repost 0
Published by ALAIN04850 - dans ski alpinisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : alain bellagamba
  • alain bellagamba
  • : articles concernant le ski-alpinisme, la course à pied, le trail et le cross-country.
  • Contact

Profil

  • ALAIN04850
  • Passionné de sports de montagne et de course à pied, je pratique en amateur des compétitions de ski alpinisme, trail, course hors stade et cross country.
  • Passionné de sports de montagne et de course à pied, je pratique en amateur des compétitions de ski alpinisme, trail, course hors stade et cross country.

CONTACT

bellagamba.alain@orange.fr

Mon dénivelè 2015-2016

191000

Partenaires

Yogi Tea