Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 15:11
Millet ski touring Courchevel 100ème

Quand le ski-alpinisme fait sa récréation annuelle à Courchevel !!!

J'ai participé à la dernière Millet Ski Touring de Courchevel, qui fêtait également sa 100ème répétition.

Pour l'occasion une soirée de clôture a été organisée avec la participation enjouée et dansante de la célèbre Compagnie Créole et les commentaires avisés de Nelson Monfort assisté de Ludovic Collet. Que du bonheur et une vraie décompression en compagnie de beaucoup de coureurs du circuit.

Millet ski touring Courchevel 100ème

Côté course la majorité des concurrents s'est présenté affublé de déguisements extravagants que je vous laisse découvrir sur le site Courchevel ski alpinisme. Pour ma part je suis resté relativement sobre avec une tenue adaptée à la situation pour faire un chrono honorable.

Millet ski touring Courchevel 100ème

Un départ en mass start de 530 concurrents sur le front de neige du Praz de Courchevel, où je ne vais pas être bien positionné car je suis arrivé un peu à la bourre sur l'aire de préparation. Bouchonné un moment derrière les filles, je vais réussir à me dégager après 250 m de course.

Millet ski touring Courchevel 100ème

Je vais rapidement me retrouver avec Arnaud Mazet, un adepte régulier de cette montée de Courchevel et qui fait des chrono exceptionnels sur ce format. Nous allons alterner nos dépassement pour finalement finir au sprint que ce jeune homme va remporter assez facilement devant mes piètres qualités de finisher. Nous occupons les 10ème et 11ème place d'un plateau très relevé. Je fini également 2ème vétéran derrière La bombe Florent Perrier.

Millet ski touring Courchevel 100ème

J'ai la chance de monter sur ce beau podium aux côtés des champions français de la discipline.

Repost 0
Published by ALAIN04850
commenter cet article
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 18:50
31ème Pierra Menta 2016

Ah « La Pierra Menta » !

Quelle aventure que cette compétition. Le programme commence déjà l'année précédente en trouvant son compagnon de cordée, puis en envoyant la candidature de l'équipe au comité d'organisation. S'en suit alors l'attente, longue et aléatoire de la liste des équipes retenues. Pour cette année tout est bon et avec mon coéquipier habituel Wilfrid Jumère nous faisons partie des 200 autres paires retenues pour la 31ème édition, qui est inscrite au calendrier de la « Grande Course » et étape de la Coupe du Monde de ski-alpinisme 2016.

Nous nous retrouvons l'avant veille à Arêches où nous prenons nos aises dans un appartement que nous partageons avec Franck Asserquet et Loïc Thévin, nos amis pyrénéens qui font également une équipe. Le mardi après avoir fait vérifier notre matériel et récupéré les accréditations, nous participons à la joyeuse remise des dossards sur la place du village d'Arêches. C'est l'occasion de rencontrer tous les autres participants et surtout de s'imprégner de l'ambiance si particulière de l'esprit « Pierr à Ment' » comme on dit dans le Beaufortain !

31ème Pierra Menta 2016

Etape n°1 :

Pour la première étape nous pensions avoir droit à un départ contre la montre d'un parcours assez bref, mais c'est en fait un long parcours de 2600m d+ avec 7 montées qui nous attend. Nous allons nous préparer et nous coucher avec beaucoup de sérieux.

Nous décidons de rejoindre la ligne de départ en partant à ski depuis notre appartement. Cela fait un échauffement un peu long de 45 minutes, mais supportable pour la première journée. Bien m'en a pris car à peine les skis mis aux pieds que dans un dévers, je me rends compte qu'une fixation avant à les vis desserrées. Je retourne les talons et je vais prendre mes skis de réserve laissés dans ma chambre. Une chance, car si nous étions partis du Planay j'aurais peut-être raté le départ !

Avec Willy nous sommes en seconde ligne lors du start. Un départ à fond la caisse comme d'habitude, pour la courte montée du Bois, la courte descente au Planay, puis c'est déjà le premier portage des skis et une course à pied au sprint sur un morceau de bitume pas très agréable. Le repautage pour la longue seconde montée se fait dans la bousculade et l’énervement. Il en est ainsi pour cette course où la densité des équipes génère ces situations dans les premières 20 minutes.

Nous sommes bien positionnés et nous dépassons pas mal de concurrents. Assez vite nous nous situons dans les 25 premiers. Le temps est splendide, la neige parfaite, le parcours majestueux et il y a déjà beaucoup de spectateur tout au long de la trace. Nous gardons un rythme soutenu mais assez sage pour ne pas s'épuiser dès le premier jour. La descente de la Légette du Mirantin est superbe, avec 40cm de neige fraîchement tombée. Sur la partie basse nous passons dans une forêt d'épicéas dont les branches sont chargées d'une poudreuse blanche. C'est vraiment beau, mais assez technique pour passer en ski au travers des troncs d'arbres. Je me prends d’ailleurs une chute assez sérieuse où je frappe violemment la tête et me fait mal aux muscles inter-costaux. Pas le temps de m'apitoyer il faut continuer notre avancée. La 5ème montée est au soleil et elle serpente dans une partie relativement forestière et une trace difficile. Je sers un peu les dents mais tout va bien. Dans la descente vers l'arrivée nous sommes dépassés par 2 équipes, mais sans être distancés. Nous sommes 26ème, dans un groupe de 10 équipes séparées de moins de 2 minutes. A l'avant les places sont prises par Kilian Jornet et Mathéo Jacquemoud, devant William Bon-Mardion et Xavier Gachet, les Italiens Michele Bosacci et Roberto Antonioli complétant ce beau podium.

Place à la récupération rapide, avec kiné, veinoplus, compex et dodo ! La suite arrive vite...

31ème Pierra Menta 2016

Etape N°2 :

Grâce à notre place de la veille nous sommes maintenant en première ligne, pour une étape de 2703m d+, 4 montées et 2 portages. Je pars assez vite et j'ai de bonnes sensations. Il faut bien se placer pour une longue première montée de plus de 1100m qui s'engouffre assez vite dans un ravin étroit. Willy est un peu en retrait dans la première partie et je décide de temporiser pour l'attendre. Je ne suis pas assez concentré et je place malencontreusement une spatule sous le ski d'un concurrent. La sanction est immédiate et je perds les ¾ de ma peau anti-recul qui ne tient plus que sur l'arrière. Le reste est sous la neige fraîche. Je remets vite la peau mais j'ai déjà perdu une trentaine de places sur Willy. Il y a peu d'espace pour doubler et je suis obligé de le faire hors des traces ce qui me demande beaucoup de puissance. Je reviens peu à peu mais pas de chance la peau ne tient pas. Je la change avec celle de réserve mais il y tellement de monde que je ne peux pas m'appliquer. J'ai maintenant plus de 80 coureurs à doubler pour rejoindre Willy qui ne c'est pas aperçu de mes malheurs. Je fais à nouveau l'effort et je double et redouble ceux que j'ai déjà vu précédemment ! Au dépassement d'un concurrent Suisse, celui-ci me donne volontairement un coup d'épaule qui me fait basculer sur le côté, un véritable idiot qui n'a aucun respect et qui ne mérite pas de participer à une telle épreuve. Finalement je le double, puis d'autre, puis …. je reperds la nouvelle peau que je n'avais pas pu mettre soigneusement. De nouveau à l'arrêt je la change proprement, mais je suis encore dépassé par une meute. Tout à coup mon mental vacille et j'ai envie de mettre les skis dans le sens de la descente et de repartir voir ma famille à la maison, seul le fait que Willy soit loin devant moi et qu'il ne sait pas ce qui se passe va me faire reprendre mon parcours devenu maintenant mon calvaire. Je double à nouveau, mais moins vite, je me suis épuisé depuis le départ et Willy ne m'attends toujours pas et finalement je vais le rejoindre à moins de 100m de la fin de cette longue montée. Maintenant nous ne faisons plus la même course, lui est un peu en-dessous de son maximum puisqu'il m'a attendu et moi j'ai déjà dépassé mes limites surtout psychologiques. Nous repartons sur un rythme assez bon en récupérant quelques places, mais tout est difficile pour moi. Les descentes me font mal aux jambes et le cardio ne monte plus correctement dans les ascensions. Je passe la ligne d'arrivée totalement démotivé. Nous sommes 43ème de l'étape et 35ème au classement général.

Willy n'a pas pris la mesure de mes déboires et nous allons avoir une petite explication pour qu'il ouvre les yeux et comprenne ce qui vient de se produire. Cette course est déjà dure sans problèmes, mais avec mes déboires elle me paraît ce soir là insurmontable.

Avec mauvais esprit, je fais une mauvaise récupération, je ne bois pas assez, ne fais pas correctement mes étirements du dos qui sont indispensables au regard des mes blessures des temps passés et de mon âge.

31ème Pierra Menta 2016

Etape 3 :

Le réveil est angoissé et je n'ai pas de motivation pour aller sur la ligne de départ. Je le fais pour Willy et aussi bêtement pour le regard que pourraient avoir mes enfants, mes petits enfants, ma femme et mes proches si je venais à abandonner. Je suis vraiment con parfois.

Cette étape à nouveau très longue de 2600 d+ va nous emmener vers la Charmette et le Comborsier. C'est un secteur peu pratiqué par la Pierra Menta habituellement, mais qui est magique. Par contre la première montée ressemble à un KV de 500m d+ sur une piste bien raide.

Peu motivé je parviens quand même à rester dans les 50 premières équipes et Willy doit se demander ce que je fais. La première descente va vite me rappeler à l'ordre, car la neige et difficile à skier dans une forêt dense où il faut être très attentif. Au départ de la 2ème montée je comprends que pour moi c'est maintenant la « Pierra Mentale » qui commence !!! Sans le mental le physique ne suit pas et il m'est impossible d'accepter totalement la souffrance du corps. Tout me paraît long et exigeant. On est pourtant dans un univers de rêve avec une neige poudreuse à souhait dans les parties qui suivent. Je subis la compétition et heureusement que la magie de la cordée va faire son apparition. Willy est aux petits soins pour moi et il arrive même à me prendre à l'élastique pour la dernière montée. Ce petit cordon va me redonner un peu de rythme et j'ai même réussi à le suivre sans me faire totalement tracter. Au départ de la dernière descente je ne comprend pas pourquoi, mais mon ski droit m'échappe un peu et j'évite de justesse une chute. Nous passons immédiatement une petite corniche et je m'aperçois que le collier de ma chaussure ne se bloque plus. J'ai un rivet d'attache qui s'est cassé et je dois faire toute le descente très technique avec la chaussure ouverte. Décidément le sort s'acharne ! J'évite de nombreuses gamelles, amis je dois forcer à fond sur ma cuisse et mon mollet pour rester debout.

La fin de l'étape est également difficile car elle va nous faire revenir d'Arêches au Planay en alternant la course à pied, le pas de ski de fond, celui du ski alpinisme, une courte descente technique et une fin en pas de patineur. 42ème de l'étape et 37ème au général. Pas de quoi pavoiser.

J'ai maintenant des contractures de folie dans la jambe droite et heureusement qu'un bon kiné va s’employer à limiter ces tensions musculaires.

Il s'agit maintenant de terminer cette Pierra Menta en profitant de la chance de pouvoir évoluer dans un tel panorama. De toute façon je sais que la dernière étape, la mythique, celle qui passe par le Grand Mont et son public légendaire se fera avec nous...

31ème Pierra Menta 2016

Etape 4 :

ça y est, nous y sommes, le dernier jour, celui que tout le monde attend. La plus belle étape, mais la plus exigeante aussi. Nous avons prés de 8000m de dénivelé dans les pattes et il faut maintenant rajouter 2600m d+ avec 4 longues parties à pied dans des couloirs raides et des arêtes aériennes.

Je n'ai plus les capacités pour vraiment m'investir à fond dans la course, mais je vais donner ce qui me reste. Willy va se charger également de m'aider en utilisant l’élastique pour certaines portions.

Tout au long du parcours nous allons être encouragés par les centaines de spectateurs qui se sont levés avant les aurores pour prendre place dans la montagne. Le passage au sommet du Grand Mont est vraiment exceptionnel et nous fendons la foule qui festoie et encourage. J'en ai encore les frissons ! Nous passons la ligne main dans la main avec Willy, heureux d'en finir et forcément déçu de notre place finale de 38ème. On pouvait vraiment espérer beaucoup mieux sur nos qualités de départ, mais les problèmes que j'ai rencontré ont occulté cet espoir.

De toute manière rien est grave, ce n'est que du sport et l'essentiel était de partager avec Willy et tous autres concurrents cette édition exceptionnelle de 2016. Elle restera dans la mémoire de beaucoup d'entre nous.

J'espère que ma fraîcheur mentale va vite revenir pour pouvoir participer sereinement aux prochaines compétitions de la fin de saison.

Vive la « Pierr à Ment' » (comme diraient les Beaufortains!!!)

31ème Pierra Menta 2016
31ème Pierra Menta 2016
31ème Pierra Menta 2016
31ème Pierra Menta 2016
31ème Pierra Menta 2016
31ème Pierra Menta 2016
31ème Pierra Menta 2016
31ème Pierra Menta 2016
31ème Pierra Menta 2016
31ème Pierra Menta 2016
31ème Pierra Menta 2016
31ème Pierra Menta 2016
Repost 0
Published by ALAIN04850
commenter cet article
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 19:42
TS Millet - Championnat national FFCAM par équipes 2016

Cette semaine direction Faverges en Haute-Savoie, pour le championnat national Ffcam par équipes 2016. C'est la compétition de la Tournette Sambuy Millet qui en est le support. Je fais à nouveau la course avec Wilfrid Jumère mon coéquipier pyrénéen avec qui nous détenons ce titre en vétérans depuis trois saisons maintenant.

En raison de prévisions météorologiques défavorables le parcours initial qui devait passer par le sommet de la Sambuy, ne sera pas emprunté et il comportera 6 montées et descentes pour un dénivelé avoisinant les 2000m d+.

Au petit matin nous gagnons l'aire de départ …. à pied. En effet il n'y a pas de neige sur le bas du parcours et nous allons partir avec les skis sur le sac. Autre particularité, nous allons avoir 50m d'écart avec les équipes qui ont participé à une verticale Race locale la veille. Drôle d'appréciation du règlement des courses de championnat faite par les organisateurs et les officiels de la FFCAM ! Attention à ne pas rebuter les coureurs à ce présenter sur ces manifestations pour le futur.

TS Millet - Championnat national FFCAM par équipes 2016

Au start nous partons donc pour 320m d+ de course à pied dans une forêt en empruntant une raide piste forestière. Willy très en forme part comme une fusée et remonte rapidement sur les équipes parties avec de l'avance. En ce qui me concerne je préfère absorber un peu ce départ en courant, car avec les chaussures de compétition ce n'est pas ma tasse de thé. Je temporise à une vingtaine de mètres de Willy, mais le rythme est toujours rapide. Peu avant de chausser les skis je fais l'effort pour recoller à l'avant. Rapidement je reviens sur Willy en doublant au passage Florent Besses et Julien Brottet, équipe du Caf excellence. Au bout de 150m de d+ à ski je sens que nos jambes tournent bien et nous doublons une nouvelles équipe composée de de Greg Bombardo et Jérémy Loret du Caf excellence également. Nous sommes maintenant 3ème au scratch derrière les équipes de Steven Blanc – Aurélien Dunand Pallaz et Julien Poquet – Clément Ripoll (Caf excellence). Ces deux équipes ont une trentaine de secondes d'avance, mais nous ne perdons plus de temps pour toute la fin de cette première longue montée.

TS Millet - Championnat national FFCAM par équipes 2016

Un dépautage rapide, une courte descente de 100m, un bon repautage et nous sommes déjà dans la deuxième montée de 340m d+. L'écart est toujours le même et devant Willy j'essaye d'imprimer un bon rythme à notre équipe. Les seconds sont un peu décramponnés des leaders et l'espoir de les recoller effleure mon esprit. Au sommet du col de la Sambuy nous basculons pour une descente dans une neige changeante mais skiable en vitesse. Nous lâchons quelques secondes dans cette partie et repartons toujours motivés à fond pour une courte troisième montée de 120m d+.

TS Millet - Championnat national FFCAM par équipes 2016

Les écarts sont toujours faibles et je décide de mettre le paquet dans la descente qui suit. A la suite d'un court mur je prend droit dans la pente mais la neige légèrement croûtée va freiner un de mes skis alors que je suis en pleine vitesse. Je sens la chute arriver mais je ne peux la contrer et là je fais un bon salto avant avec plantage de la tête et éclatement total. Dans ce beau mouvement j'ai perdu un ski et je remonte le chercher avec la folle inquiétude d’avoir cassé quelque chose, mais non, coup de chance le matériel est sauf ! Le bonhomme lui ne se pose pas trop de question, je rechausse le ski et je repars avec de la neige dans la bouche sur les yeux et dans la combinaison.

TS Millet - Championnat national FFCAM par équipes 2016

Au repautage je rejoins Willy et nous repartons pour réaliser une nouvelle fois les deux dernières montées. A cause de ma chute l'écart s’est creusé, mais nous ne faiblissons pas et conservons notre allure de course. J'ai mal à la main gauche et j'en fais part à Willy pour prévenir une éventuelle baisse de régime qui n'arrivera pas. J'ai mal aux cervicales et à l'épaule également, mais je sers les dents car il est hors de question de laisser échapper cette troisième place. Dans les descentes qui suivent je suis un peu plus prudent sans être lent.

TS Millet - Championnat national FFCAM par équipes 2016

Pour l'avant dernière ascension, Willy rencontre un gros problème avec une fixation et nous perdons à nouveau du temps, laissant les équipes suiveuses regagner un peu de distance.

Nous arrivons à accélérer à nouveau notre rythme pour être à l’abri d'un retour et nous faisons la dernière montée pour rejoindre l'arrivée jugée en côte.

TS Millet - Championnat national FFCAM par équipes 2016

Nous passons la ligne ensemble et nous montons donc sur le podium du classement scratch de ce championnat national.

TS Millet - Championnat national FFCAM par équipes 2016

Nous remportons le titre de la catégorie vétérans une nouvelle fois. Notre petite entreprise se comporte bien malgré les aléas de la course et nous espérons pouvoir réaliser une belle performance lors de la Pierra-Menta qui se profile dans une dizaine de jours.

Repost 0
Published by ALAIN04850
commenter cet article
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 13:47
Sybelles Villarinches 2016 - Coupe de France

Etape de la Coupe de France 2016 la Sybelles Villarinches par équipes, se déroule comme tous les ans au départ de Saint-Colomban-des-Villards dans la Vallée du Glandon, entre Maurienne et massif de Belledonne.

Je fais équipe avec David Poncet sur le parcours majeur de 2100m d+ avec 4 montées et descentes et deux très beaux portages dont un en crampons.

Sybelles Villarinches 2016 - Coupe de France

En raison du manque de neige sur le bas du parcours, le départ est donné skis sur le sac, pour une petite partie en course à pied.

Sybelles Villarinches 2016 - Coupe de France

Après avoir chaussé les skis nous nous trouvons bien placés en 8 ème position mais au contact des autres équipes. Il commence déjà à faire chaud, sous un soleil magnifique. Assez rapidement nous remontons quelques places et nous disputons la 3ème place aux jeunes Baptiste Locatelli et son coéquipier Florian Sautel. Nous les dépassons sur cette longue première montée de 1177 mètres d+, jusqu'au portage des skis pour un couloir passant par le superbe pas du Jarnalet. Lors de mise des skis sur le sac, David rencontre quelques problèmes et les jeunes en profitent pour nous repasser devant. Dans la descente qui suit ils nous devancent facilement et repartent bien avant nous pour la deuxième montée. A l'avant Les équipes Steven Blanc – Léo Rochaix et Julien Poquet – Gary Ozeray, ne sont pas très loin.

Sybelles Villarinches 2016 - Coupe de France

La fin de cette ascension se fait avec les crampons aux pieds pour 180m d+ et une arrivée vers le pic du Merlet. Dans cette section David baisse un peu de rythme et une sangle de ses crampons récalcitrante l'oblige à s'arrêter pour le refixer. Du coup les équipes derrière nous, recollent à nos talons. A cet endroit la vue est superbe et le temps toujours splendide.

Sybelles Villarinches 2016 - Coupe de France

La descente nous amène rapidement pour une nouvelle ascension de du col de Monfossé. Dans cette section la trace est raide et nous arrivons à contenir le retour des autres équipes.

Sybelles Villarinches 2016 - Coupe de France

Une courte descente, une courte remontée au col des Balmettes et nous basculons en 4ème position pour la descente finale vers l'arrivée 1200 mètres plus bas.

Sybelles Villarinches 2016 - Coupe de France

Dans la partie haute David souffre d'une crampe à la jambe et nous devons temporiser un peu. C'est à cet instant que nous sommes dépassés par l'équipe de Jérémy Loret et Gregory Nantermoz. Dans la partie basse nous prenons une piste forestière où la glisse nous est favorable et nous recollons aux basques de Jérémy et Greg, sans pouvoir les doubler. Nous franchissons la ligne 5ème et nous remportons la catégorie vétérans.

Très belle journée et belle course où les conditions étaient idéales.

Sybelles Villarinches 2016 - Coupe de France

Les Résultats

Repost 0
Published by ALAIN04850
commenter cet article
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 05:56
Championnat de France équipes 2016 - La Grande Trace

Ces championnats de France par équipes resteront gravés dans les annales et dans la mémoires des compétiteurs. Des conditions météorologiques et nivologiques vraiment difficiles. Après des chutes de neiges assez pauvres, depuis la veille de la course il pleut sur le site de départ et la limite pluie neige se situe aux alentours de 1800m.

Je retrouve Wilfrid Jumère, mon coéquipier depuis 5 ans maintenant, pour le briefing à la salle des fêtes de Lus-la-Croix-Haute. Yannick Gast le directeur de course annonce tout de suite la couleur, nous allons faire un parcours de replis de 2400m de dénivelé avec 6 montées et descentes ainsi que 4 passages à pied, mais qui sera très exigeant physiquement et techniquement avec le couloir des 100 conversions !

Au petit matin nous essayons de nous échauffer sous un petit crachin par vraiment agréable. Il y a au départ 109 équipes prêtes à en découdre.

Photo Antoine Therizols
Photo Antoine Therizols

Au start nous partons pour une montée de 310m, qui va permettre d'étirer un peu ce peloton avant de se lancer pour la deuxième montée très technique et le fameux couloir. Avec Willy nous sommes bien positionnés comme convenu entre nous avant le départ. A l'avant de la course une équipe composée de Filipo Barrazuol et Nadir Maguet membres de l'équipe d'Italie, venus en voisins, ferraille avec Mathéo Jacquemoud associé à Léo Viret et l'équipe composée de Didier Blanc et Alexis Sevennec, tous membres de l'équipe de France séniors. Un peu plus loin derrière nous sommes dans le groupe des poursuivants avec quinze autres équipes. A la sortie des 100 conversions, sur une neige pas si mauvaise, l'ascension est entrecoupée d'un portage des skis. Je rate un peu l'accrochage des skis sur le sac et il me faudra un petit effort supplémentaire pour raccrocher les talons de Willy. A la sortie du portage je ne sais pas pourquoi, mais je n'arrive pas à rechausser mon ski gauche. Problème de fixations ou de chaussures ... Je ne le sais pas encore ?. Du coup je perds beaucoup de temps et 3 équipes nous doublent. Au passage à l'épaule de Corps vers 1800m il neige assez fort et immédiatement je commence à botter sous les peaux. L'accumulation de neige sous le ski est telle que je dois m'arrêter et changer les peaux. C'est également le cas de Ronan Moalic qui venait de me passer devant. Nous en profitions pour les doubler et reprendre notre course jusqu'au col de Corps, point culminant de cette longue montée. La descente débute dans le brouillard, sous la neige et une visibilité nulle. Nous basculons ensuite dans un couloir assez raide où la présence de végétation donne des repères, ce qui nous permet de skier plus en sécurité. Le maître mot du jour, vu l’humidité du manteau neigeux est de ne pas casser de matériel dans ces descentes.

Photo Antoine Therizols
Photo Antoine Therizols

Pour la troisième montée nous changeons de versant, mais la course va encore se durcir. Le début se fait en courant par manque de neige sur une portion. Nous nous trouvons en 9ème position à la bagarre avec les jeunes Baptiste Locatelli et Florian Sautel. Un long passage dans les arbres, une trace très raide, les skis qui zippent sur une neige lustrée par la pluie, des conversions entre les racines et les troncs, tout est compliqué et il faut pousser fort sur les bâtons pour ne pas reculer. Le physique est vraiment mis à rude épreuve. Je suis un peu en baisse de régime dans cette portion et je maintien mon allure derrière Willy avec le mental. Au sommet nous partons pour une courte descente en ski puis une longue partie pédestre avec les skis sur le sac. J'ai l'impression de faire un snow trail !

En bas nous remettons les peaux pour une courte remontée puis arrive un moment de grande incompréhension. Une bénévole nous dit que le parcours est modifié et qu'il faut que nous fassions une descente avec les peaux sous les skis pour une centaine de mètres, mais ses propos ne sont pas assurés et nous doutons un moment de la marche à suivre. Elle nous oblige à descendre et nous partons sans savoir où aller. Au bout d'un moment nous décidons d'enlever les peaux qui semblent inutiles et nous repartons vers le bas. Nous arrivons sur un échangeur avec les autres parcours de la course, réservé normalement au juniors, et cadets. On ne sait plus où aller. Finalement nous repérons des contrôleurs et nous remontons vers eux. En même temps nous sommes rejoints par l'équipe de Swann Juillaguet et Gédéon Pochat, qui étaient alors 5ème au général et nous partons derrière eux pour l'ultime montée assez longue. On ne sait plus exactement comment cette situation est possible, mais pris dans la course on est obligé d'avancer avec eux, tout en sachant qu'il n'est pas normal que nous ayons dépassé 3 autres équipes dans cette manœuvre, même si nous étions très proche d'elles au moment de cet imbroglio.

Championnat de France équipes 2016 - La Grande Trace

Dans cette dernière montée je retrouve toute mon énergie et nous restons au contact de Swann et Gédéon sans problème. Toutefois nous décidons de rester sagement derrière pour ne pas influer négativement sur leur course car nous ne savons ce qu'il se passe.

Dans la descente nous sommes rejoints par Emilien Bochet et Carl Frison-Roche, deux espoirs, mais nous franchirons la ligne d'arrivée juste devant eux, en 6ème position au général, grâce à une meilleure glisse des skis. Après 2h46 minutes de bataille et 2408m de dénivelé, nous sommes rincés, au propre comme au figuré, mais terriblement heureux d'avoir fait une belle course et de remporter pour la 5ème année consécutive le titre dans la catégorie des vétérans. Le titre national toutes catégories revient à Alexis Sevennec et Didier Blanc, devant Mathéo Jacquemeoud et Léo Viret, le podium étant complété par Steven Blanc et Aurélien Dunand-Pallaz.

Après une délibération du jury quand au problème généré par notre mauvais aiguillage, nous sommes reclassés en 9ème place au général, ce qui n'a d'incidence sur les podiums du championnat de France. On ne sais pas combien de temps nous avons gagné, mais j'ai un différentiel de dénivelé de 32 mètres en notre faveur. On ne saura jamais si nous aurions pu dépasser les autres équipes à la régulière lors de la dernière ascension !

Championnat de France équipes 2016 - La Grande Trace

Avec Willy nous sommes ravis de notre prestation et de notre nouveau classement dans le top 10 des équipes françaises.

Un grand merci aux organisateurs et aux bénévoles, à qui nous n'en voulons pas pour le mauvais aiguillage, pour le parcours proposé et les conditions météo qu'ils ont du supporter toute la semaine de préparation et le jour de la course. Chapeau !

Repost 0
Published by ALAIN04850
commenter cet article
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 08:27
2éme Pum KV de Courchevel

Un nouveau déplacement pour Courchevel afin de participer au 2éme Plum KV (kilomètre vertical) de l'hiver. Je fais ce déplacement dans la journée et cette fois la position assise pendant plus de 4h30 dans la voiture va se faire sentir !

Je prends beaucoup de temps à l'échauffement avant le départ nocturne à 19h, mais je n’arrive pas à faire passer de longues contractures dans les cuisses et les fessiers, il faudra faire avec.

Je pars en avant dernière position juste devant Florent Perrier, sur une formule en contre la montre. Dés le start je ne parviens pas à allonger mes pas et le cardio ne monte pas au top. Assez vite Florent me rattrape, me dépasse et me pose sur place. Lui est dans une allure très rapide et moi je suis scotché !

Je me remobilise mentalement et j'essaye de faire abstraction des douleurs et des doutes et je m'isole dans un cocon psychologique pour restituer le meilleur des capacités qui me reste ce soir. Finalement cette volonté va payer après 400m de dénivelé où je sens, à la faveur d'une relance de rythme, un bon déblocage musculaire. Sur mon relevé cardio, je vais d’ailleurs voir précisément ce moment où je gagne 9 pulsations d'un coup et je vais les maintenir.

Maintenant je suis à l'attaque, mon regard porte plus loin et je me concentre pour revenir sur mes adversaires dont je vois la lueur des frontales. Je commence à doubler et ça fait du bien. Au 700m je rejoints d'ailleurs Anthony Fraissard, un concurrent sérieux et je le double dans une partie bien raide. Cette accélération un peu vive va quand même m'obliger à temporiser un peu pour ne pas rester dans une zone cardiaque critique. J’aperçois maintenant la combinaison de Steven Blanc, un des favoris de la soirée, et je me concentre pour essayer de lui reprendre du terrain. Au 870 m je vois un spectateur sur le côté de la trace et je tourne un peu le regard machinalement vers lui. La lueur de sa lampe m'aveugle un court instant, je perds un peu l'équilibre, mes spatules se croisent et dégraffent un tendeur de ma peaux anti-recul droite. Le ski gauche est posé dessus et dans le mouvement d'avancé le perd cette peau ! Quelle manque de chance encore une fois. Je m'arrête et par miracle j'arrive à recoller une dizaine de centimètres de l'arrière de la peau, le reste étant imprégné de neige fraîche, et je re-crochète le tendeur sur la spatule. Je repars rageur et volontaire, mais le mal est fait. Sur ce format de course le chrono est impitoyable. Je passe la ligne d'arrivée en 45'53" pour 100m de dénivelé et un plus de 5kms. Je prends la super place de la médaille en chocolat du classement scratch ! Au relevé de ma montre je vois que je perds 36" pour la perte de la peau. Je laisse au passage sans doute quelques secondes lors des 100 derniers mètres de dénivelé en raison de la dérive cardiaque générée par l'arrêt et le redémarrage brutal. Je pense que la deuxième place était jouable. La victoire reviens sans conteste à Florent Perrier, devant Steven Blanc et le jeune Thomas Pueyo.

Une belle journée et une belle soirée quand même.

Repost 0
Published by ALAIN04850
commenter cet article
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 14:45
Millet Ski Touring Courchevel n°7

Mercredi 27 janvier, direction Courchevel pour une Millet Ski Touring où plus de 150 participants sont au départ ! C'est fou la popularité de cette montée sèche de seulement 525 m d+, mais il faut dire que l'équipe de "Courchevel ski-alpinisme" sait organiser et que le terrain est parfait. Au départ contre la montre, je ne fais pas cas des forces en présence et je m'élance en fait devant les plus forts. Du coup je vais servir de lièvre à mon suivant, qui servira de lièvre lui aussi et etc... Au final je fais un bon temps en améliorant ma meilleure marque de l'année passée, en 25'13", mais je finis 4éme au scratch remporté par Tony Portanier qui me distance de 33", de Arnaud Mazet à 31" et de Gédéon Pochet à 21". Je remporte quand même ma catégorie de vétéran.

Repost 0
Published by ALAIN04850
commenter cet article
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 18:50
Coupe de France en équipe à la Pyramide d'Oz

Première course en équipe de la saison et j'ai le plaisir de la partager avec David Poncet. Le parcours alpin qui nous est proposé est exigeant physiquement et techniquement. Au départ il y a une bonne quinzaines d'équipes avec un niveau relevé, mais surtout la présence de Mattéo Edallyn associé à Damiano Lenzi, les fers de lance de la squadra Italienne. Un troisième transalpin de l'équipe nationale, Filippo Barazzuol fait lui équipe avec Léo Viret du team France. Dans notre catégorie de vétérans nous devrons nous méfier de Marc Buisson et François Neyron en particulier.

Déopart dans l'ombre du petit matin
Déopart dans l'ombre du petit matin

Au start nous partons asse vite car rapidement nous allons emprunter un itinéraire en forêt où il n'y a que 2 trace et même une seule par endroit. Nous sommes en 5ème position, suivis par Ronan Moalic - Sylvain Montagny et Bastien Fleury associé à Marc Tamanini. David passe devant moi un moment, mais je sens que son rythme n'est pas à son niveau habituel. Je repasse devant mais je ne peux pas accélérer beaucoup plus si je veux qu'il reste au contact. Du coup les deux autres équipes nous doublent, mais nous restons dans leurs skis jusqu'au sommet de la première montée. Au premier dépautage je vois que Damiano Lenzi de l'équipe Italienne et Yoann Sert d'une équipe française, décident d'abandonner pour des problèmes physiques. Au départ de la seconde montée nous repartons en groupe. J'essaye de m'insérer entre les autres équipes pour modérer leur allure, dans un parcours qui est maintenant technique avec beaucoup de conversions et physique également dans une trace raide où la neige est fuyante. Lors de la première section à pied nous mettons les skis sur le sac, mais David qui n'est pas dans sa forme habituelle en raison d'un état fiévreux perd du temps. Nous sommes décrochés et cela va s'amplifier lors du re-chaussage où il rencontre des soucis pour clipper une fixation. Le trou est fait et nous sommes un peu isolés dans notre position de 5ème. Un nouveau portage nous amène sur la partie haute de cette longue ascension où nous basculons dans un joli couloir de "Perrin Sud".

Coupe de France en équipe à la Pyramide d'Oz

La neige est bonne et la descente rapide. La dernière montée, accidentée et bien préparée par les bénévoles de l'organisation, nous permet de passer par un beau passage alpin et à nouveau un portage dans une ambiance magnifique. La dernière partie de la montée effleure la partie sommitale du domaine skiable de Oz-en-Oisans et nous partons pour la descente terminale. Nous passons une nouvelle fois dans le couloir de Perrin Sud, puis c'est l'arrivée à l'Alpet.

Coupe de France en équipe à la Pyramide d'Oz

Nous sommes restés 5ème au général et remportons la catégorie vétérans de cette compétition de 1950m de dénivellation. David a bien puisé dans ses réserves avec son état fébrile, mais il a le courage du lion qui lui permet de tout donner pour rester dans la course. Une belle journée de ski-alpinisme dans une belle ambiance et une organisation du tonnerre qui en plus nous a servi un repas de rêve. Bravo à Léo Viret et Filippo Barazuol qui remportent facilement l'épreuve, ainsi qu'à Bastien et Marc qui arrachent le 2ème place devant Ronan Moalic et Sylvain Montagny.

Repost 0
Published by ALAIN04850
commenter cet article
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 11:54
Repost 0
Published by ALAIN04850
commenter cet article
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 19:45
Sur la ligne à côté de David poncet
Sur la ligne à côté de David poncet

Çà y est ! L'hiver est bien arrivé et nous a rappelé qui est le maître des lieux.

Froid glacial, vent et visibilité moyenne ont amené les organisateurs de la 14ème édition de « La Belle étoile » à Prapoutel Pipay (38), à nous présenter un parcours de repli pour éviter les crêtes trop exposées et les pentes avalancheuses. C'est donc 1692 m d+ avec 4 montées que 150 furieux vont affronter en ce dimanche matin. Malgré l'absence de l'équipe de France partie en Andorre pour la 1ère étape de coupe du Monde, c'est un plateau de choix qui est présent au départ. Je m'échauffe très sérieusement pour ne pas souffrir du froid, mais j'en profite également pour dire bonjour à tous ces concurrents qui sont devenus au fil du temps des compagnons et des amis. Je suis heureux de retrouver Olivier le manager du Team Yogi Tea dont je porte les couleurs, il est toujours aussi gentil et attentionné. Pour le départ je me place en première ligne et au start nous partons pour une première montée sur piste non damée de 200 m d+ assez raide.

Le départ est donné

Le départ est donné

La Belle étoile 2016

Au sommet je bascule pour la descente aux environ de 10ème place, que je conserve après un repautage express et un début de 2ème montée dans une trace délicate car retracée du matin sur une couche de neige fraîche. Je double quelques pointures de la spécialité qui n'ont pas l'air bien dans leur assiette et je me place dans les skis de Julien Poquet. Je suis en 5ème position. A la fin de la montée nous mettons les skis sur le sac pour un portage en arrête assez facile mais beau. Je suis maintenant 4ème.

Sur l'arrête sommitale

Sur l'arrête sommitale

La Belle étoile 2016

A la bascule de la descente je suis doublé par Carl Frison-Roche, mais je prends sa trace et je le suit sans difficulté dans une bonne poudreuse qui nous permet de prendre face à la pente sans faire beaucoup de virages. Au repautage j'hésite à changer de peaux anti-recul car il fait vraiment froid, puis je fais l'erreur de remettre celle des deux premières montées. Je pars dans le skis de Carl et nous doublons François D'Haène qui rencontre des problèmes d'encollage de peaux. Assez vite je me rends compte que moi aussi j'ai ce soucis et je suis obligé de stopper dans un mauvais endroit pour changer mes peaux. J'en remets des nouvelles mais je ne suis pas serein car la semelle de mes skis est froide et je la trouve très lustrée. J'ai perdu beaucoup de temps et j'essaye de remonter vite vers Carl et François, mais à nouveau mes peaux lâchent et m'obligent à refaire la même manipulation avec une 3ème paires que j'ai dans le sac. La perte de temps est maintenant importante et j'ai perdu le contact avec la tête de course. Au 2/3 de cette montée nous empruntons une petite section sur piste légèrement descendante où je perds à nouveau une peau. Énervé j'enlève les deux, je fais cette liaison en position de descente, puis je remets une paire des anciennes peaux que j'avais pris soins de placer contre mon thorax pour réchauffer la colle. De toute évidence le fartage de la veille est trop dur et ma semelle de ski trop brossée. David Poncet vient de me doubler et je reprends la trace de montée 50 m derrière lui. Je fais un bel effort pour partir pour la troisième descente assez proche de lui et je le double assez vite. Au repautage je suis suivi de Thomas Pueyo dans mes skis. Je vois Florent Besses en ligne de mire avec Julien Poquet. Nous remontons sur eux, mais presque en haut de la montée je commence à reperdre mes peaux. Pour ne pas en changer je ralentis le pas et Thomas me double. Nous réalisons à nouveau le portage de la 2ème montée sur l'arrête, mais je ne peux revenir sur Thomas et Florent. Dans la dernière descente qui va très vite, je double Julien Poquet qui s'est légèrement blessé au genoux dans un amas de poudreuse et je franchis la ligne en 9ème position au général et deuxième vétéran derrière Ludovic Pommeret et juste devant David Poncet qui fait une magnifique course. Finalement j'ai sauvé les meubles ! A l'étude de ma montre GPS j'ai 3'48'' d'arrêt total dans la troisième montée ! Sans cette perte de temps j'aurais pu faire un beau résultat, mais c'est la course. Avec les conditions climatiques que nous avons eu, c'est d’ailleurs le cas de quelques autres compétiteurs. Quoi qu'il en soit c'est le genre de course vraiment formatrices qu'il est bon de faire de temps en temps. Merci aux organisateurs et à tous les bénévoles sur le parcours qui ont affronté ce froid et ce vent délirant.

Le podium vétéran. On a pas chaud !

Le podium vétéran. On a pas chaud !

VIDEO DE LA COURSE PAR STEHANE MOUGIN DSA

Repost 0
Published by ALAIN04850
commenter cet article

Présentation

  • : alain bellagamba
  • alain bellagamba
  • : articles concernant le ski-alpinisme, la course à pied, le trail et le cross-country.
  • Contact

Profil

  • ALAIN04850
  • Passionné de sports de montagne et de course à pied, je pratique en amateur des compétitions de ski alpinisme, trail, course hors stade et cross country.
  • Passionné de sports de montagne et de course à pied, je pratique en amateur des compétitions de ski alpinisme, trail, course hors stade et cross country.

CONTACT

bellagamba.alain@orange.fr

Mon dénivelè 2015-2016

191000

Partenaires

Yogi Tea